2 janvier 2013

Mercredi au parc (Ayelet Waldman)

Résumé :
Épouser un homme déjà père est une chose, mais garder son fils de cinq ans tous les mercredis en est une autre... En tombant amoureuse de Jack, Emilia pensait pouvoir aimer William, le fils de ce dernier, tout aussi simplement. Mais comment ne pas être exaspéré par un petit garçon précoce et je-sais-tout de cinq ans qui corrige votre prononciation à chaque mot ou calcule votre masse corporelle dès que vous avalez un gâteau ?... Et pourquoi faudrait-il aimer ses beaux-enfants à tout prix ? Emilia se débat encore avec ces questions quand sa vie explose : le bébé qu'elle vient de mettre au monde meurt subitement. La vue du moindre enfant la fait fondre en larmes, et les mercredis avec William l'anéantissent. Pourtant, c'est grâce à lui qu'elle reviendra à la vie...

Mon avis :
Je remercie très fort la gentille Sassa de m'avoir permis de participer au voyage de ce livre (et des mouchoirs qui vont avec).
J'adore les drames familiaux, les histoires de couple, d'enfants, etc etc... Je sais que c'est triste et que je vais pleurer, être énormément touchée, avoir de la peine etc etc, mais c'est pas grave, je fonce quand même...

Ici, nous suivons la vie d'Emilia, trentenaire mariée à Jack qui a divorcé pour elle (comme quoi, ça peut arriver). Jack a eu un enfant avec Carol (William, donc).
Et donc ce gosse va chez son père et sa belle mère tous les mercredi et un week end sur deux.
Le reste du temps, on pourrait croire qu'il vit avec sa mère. Mais non !
Enfin si, mais madame délègue à la nounou, qui s'occupe bien plus qu'elle du petit Will.

William a 5 ans et c'est un petit garçon très intelligent et très mature, il s'intéresse à tout, il est très curieux et est apparemment très fort en dessin.

Emilia et Jack s'aiment follement, mais vraiment très très fort, c'est incroyable comme ils s'aiment, moi j'en étais admirative presque. Genre en vrai c'est pas possible.
Et donc, un jour, Emilia tombe enceinte. Bonheur total. Puis vient l'accouchement.
Malheureusement, la petite meurt rapidement des suites de la Mort Subite du Nourrisson.
Le drame. Emilia bien sur ne s'en remet pas. Pour couronner le tout, sa meilleure amie enchaîne les fausses couches. Ça peut aider de partager ses malheurs mais quand même, niveau joie c'est pas l'idéal.

Comme dans beaucoup de familles recomposées, les rapports entre William et sa belle-mère sont plutôt du genre tendus. Son père a remplacé sa mère, il ne supporte pas cette idée, et comme tous les gamins il a peur de ne plus être aimé par ses parents, être remplacé (par un nouveau bébé, tiens), oublié, négligé.
Emilia n'est pas obligée d'aimer cet enfant, mais elle le voudrait, vraiment. C'est le fils de Jack et si elle aime l'un, elle devrait pouvoir aimer l'autre...
Mais évidemment ce gosse n'en a que pour ses vrais parents..

Et puis, le conflit entre les deux femmes, aussi, qui n'arrange rien...
Et là, sincèrement, j'ai détesté Emilia... Autant Carol est franchement cinglée/hystérique, autant Emilia m'a à plusieurs reprises couru sur le haricot.
J'ai détesté sa manie de sans cesse remettre en question la mère de William.
Si la mère dit que son fils est allergique au lait, que tu y crois ou non, tu vas dans le sens de la mère, tu refiles pas du lait au gamin en lui disant "non mais ta mère elle raconte que des conneries", si elle insiste pour qu'il soit dans son siège dans la voiture, tu lui mets son siège, etc etc...
Pour tout ça, j'ai vraiment eu envie de baffer Emilia. Tout comme je n'hésiterais pas à baffer la belle mère de mes enfants si elle ose faire des trucs que j'interdis... Je deteste les gens qui font ce qu'ils veulent avec des enfants qui ne sont pas à eux...
Et à coté de ça elle fait tout pour que ses rapports avec William soient le plus cool possible...
Mais il reste hermétique...
Alors Emilia redouble d'efforts. Si bien que finalement, ils finissent par avoir des petites cachotteries, des moments à eux, des jeux, des moments complices, des rires... Leur relation s'améliore et peu à peu Emilia retrouve un peu sa joie de vivre.

Et puis, à cause de son deuil, Emilia déteste les enfants, elle ne peut plus aller dans un parc, voir des femmes enceintes, des mamans, des familles. Normal, évidemment, c'est terrible et j'imagine à quel point ça doit être horrible à vivre... A force de traîner sur les forums de mamans, on côtoie facilement des femmes qui galèrent autant, ça nous touche, et c'est une sensation effroyable, je déteste voir mes copines galerer. Autant avec leur uterus qu'avec leurs proches qui bien sur ne comprennent rien...

J'ai eu de la peine pour tout ça. La souffrance d'Emilia, les rapports difficiles, cette belle-mère incomprise de tous, ce gamin un peu largué.
C'était une lecture absolument parfaite, j'ai été réellement touchée par William et Emilia, je les aime fort fort, tellement ils sont humains et normaux



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si tu mets un commentaire, je t'offre un carambar.