13 septembre 2016

Austerlitz 10.5 (Anne-Laure Béatrix & François-Xavier Dillard)

Résumé :
De nos jours... Une pluie diluvienne s'abat sur la capitale. L'alimentation électrique est coupée et la plupart des arrondissements connaissent un black-out total, faisant souffler un vent de panique sans précédent sur la population. Le métro est fermé, noyé dans une eau sombre et glacée, et lorsque les premiers immeubles s'effondrent et qu'une gigantesque vague de boue déferle sur la ville, c'est une véritable hystérie collective qui s'empare des Parisien.Sous le pont d'Austerlitz, l'eau a atteint un nouveau record : 10,5 mètres.

Un an plus tard, Paris ne sera plus jamais la même. Pour François Mallarmé qui a perdu sa femme et son enfant dans la catastrophe, la vie n'est plus qu'un long cauchemar. Il continue tant bien que mal à faire son boulot de flic dans une ville où plus rien n'a de sens. Jusqu'au jour où une affaire de meurtres sordides l’amène au cœur du plus grand musée du monde : le Louvre.

Entre manipulations, chantage, rituels barbares et fêtes décadentes, Mallarmé va être plongé dans un univers sans règles ni morale, confronté à nouveau à la souffrance, à la folie et à la mort...

Mon avis :
(c'est là que je me rends compte que le résumé est hyper long. Désolée, j'ai pas su quoi couper...)
Vous vous souvenez des inondations sur Paris il y a quelques mois ? Voilà, là c'est pareil. Mais en pire. C'est un véritable carnage et il n'en fallait pas beaucoup plus pour rayer Paris de la carte.
Tout le monde a perdu un proche dans ces inondations, Paris ne ressemble plus à rien, le monde est devenu fou.
Et quand le monde devient fou, il se passe quoi ? Des meurtres. Des magouilles. Des scandales.

Alors autant il y a à peu près un mort par chapitre (Cher François-Xavier, je te hais, putain mais NON, merde !), autant le roman se centre sur l'autre histoire : Que ce passe-t-il avec la Joconde ? C'est quoi cette histoire de soirées vip ?
On passe plus de temps plongé dans les magouilles politiques que dans l’enquête policière. Mais franchement, c'est tout aussi bien. Et super intéressant.
Chaque chapitre a pour titre le nom d'une œuvre d'art, en rapport avec l'histoire. Et rien que ça, moi c'etait mon petit plaisir.
Bref, qui est derrière tout ça ? Qui complote avec qui ? Pourquoi ? Comment révéler l'histoire sans y laisser des plumes ?
Les deux enquêtes étaient vraiment super, l'une palpitante et l'autre intéressante, j’étais captivée.
Alors oui après y'a le gros cliché de l'histoire d'amour pas du tout previsible, qui de toute manière ne sert à rien pour l'histoire, mais ma foi, un peu de bonheur au milieu de cette folie, pourquoi pas ?
On a de la peine pour ce pauvre François, à qui il arrive décidément beaucoup de merdes depuis un an. Il tient malgré tout, il lui reste cette force.

Encore un très bon roman de François-Xavier Dillard, qui se lit terriblement bien, qui captive et qui plonge dans l'horreur ♥

10 septembre 2016

Le secret du mari (Liane Moriarty)

Résumé :
Jamais Cecilia n’aurait dû trouver cette lettre dans le grenier. Sur l’enveloppe jaunie, quelques mots de la main de son mari : « À n’ouvrir qu’après ma mort. » Quelle décision prendre ? Respecter le vœu de John-Paul, qui est bien vivant ? Ou céder à la curiosité au risque de voir basculer sa vie ? Tous les maris – et toutes les femmes – ont leurs secrets. Certains peuvent être dévastateurs.

Mon avis :
Seigneur...
Ce livre a eu un succès de dingue, le résumé est plus qu’alléchant. Il ne m'en fallait pas plus pour avoir une envie folle de me plonger dedans.
J'ai passé pratiquement un mois avec ce bouquin. Impossible d'avancer dans ma lecture. La platitude de l'histoire/l’écriture/les personnages ne m'a pas du tout du tout motivée...

Le secret du mari est prévisible dès le début, mais clairement, c'est pas le problème de ce livre. A la limite, ce qui compte vraiment c'est de se demander ce qui va se passer pour John-Paul quand/si son secret sera découvert. Mais même cette envie ne m'a pas poussée au delà de la moitié du livre.
Alors certes, les personnes l'ayant lu (et aimé) jusqu'à la fin me diront que j'ai fait une grave erreur, que ce qui se passe après et super palpitant et tout. Mais non, vraiment, je n'ai pas pu.
J'ai fait des efforts, j'ai persisté. Mais je n'ai pas pu.
La vie des autres personnages je m'en cogne mais alors prodigieusement, d'ailleurs il ne leur arrive franchement pas grand chose de bien extraordinaire.
Le pire pour moi, ça a été Tess. Elle nous pète un scandale parce que ho mon Dieu, son fils se barre avec sa femme et leur gosse aux usa (l'action se déroule en Australie). Alors oui ok c'est rude à vivre pour un parent, mais la lire chouiner que son fils lui retire son petit-fils ça m'a donné envie de la tuer... Bordel mais non, avant d’être ton petit-fils, ce gamin a des parents, on s'en fout de toi, sa vie ne te concerne pas, connasse d’égoïste de merde. Je déteste tellement les gens comme ça dans la vraie vie, alors dans un bouquin, merde quoi.

Enfin bref, le thème était intéressant, le secret est même hyper captivant, on a envie d'en savoir plus.
Mais moi, tout le reste autour de cette histoire m'a bien trop ennuyée... Limite ce fameux secret passe en second plan et c'est bien dommage.

7 août 2016

Avec tes yeux (Sire Cédric)

Résumé :
Depuis quelque temps, Thomas fait des rêves atroces. D'épouvantables rêves qui le réveillent en sursaut et morcellent son sommeil qu'il a déjà fragile. Si ce n'était que ça ! Après une séance d'hypnose destinée à régler ses problèmes d'insomnie, il est en proie à des visions. Il se voit, à travers les yeux d'un autre, torturant une jeune femme... Persuadé qu'un meurtre est effectivement en train de se produire, il part à la recherche de la victime. Le cauchemar de Thomas ne fait que commencer.

Mon avis :
Ho mon dieu mais quelle horreur !!! Cette histoire est absolument immonde.
Il faut savoir que je déteste tout ce qui a trait aux yeux.. Des yeux en gros plan, l'idée même de toucher un oeil, l'ophtalmo... Tout ça me dégoûte mais alors au plus haut point.
(Donc là on se demande ce qui m'a pris de vouloir lire ce bouquin... Mon coté maso sûrement...)

Bref.
Thomas souffre depuis quelques années. On ne sait pas vraiment pourquoi, mais il ne dort plus, ou pas beaucoup. Quand il dort, il fait des cauchemars effroyables.
Malgré ses réticences, il se décide à aller voir un hypnotiseur. Il ne sait pas trop dans quoi il s'embarque, mais c'est sa dernière chance de retrouver une vie à peu près normale.

Et puis, les premières visions arrivent. Il voit le meurtre. Il vit le meurtre. Du début à la fin. L'agonie de la victime, le plaisir du bourreau.
Mais comment expliquer ça à la police ? Alors forcement, il fait le coupable idéal.

S'en suit une véritable chasse à l'homme. Les forces de l'ordre cherchent Thomas, Thomas cherche le coupable, (à peu près) seul contre tous.
Et puis, le meurtrier se prend vite au jeu. S'il jouait avec ses victimes pour savourer leur mort, il s'amuse encore plus à rendre Thomas complètement fou. 

C'était abominable. On voit presque les meurtres devant nos yeux, le calvaire de ces femmes étant tellement bien décrit.
On essaie de comprendre. Pourquoi lui ? Comment c'est possible ? Comment va-t-il réussir à se sortir de ce merdier ?
J'étais totalement embarquée dans l'histoire. C'était tellement terrifiant, passionnant, malsain.

Et puis la fin ! Mon dieu mais la fin !
Alors sans spoiler, j'ai été quand même pas mal déçue par Fox. Mais finalement, la fin putain !!!

Encore un coup de cœur pour Sire Cédric. Je commence à devenir fan ♥


4 août 2016

Le liseur du 6h27 (Jean-Paul Didierlaurent)

Résumé :
"Voilà, on voulait vous dire, on aime bien ce que vous faites. Ça nous fait drôlement du bien.
Ça va bientôt faire un an que Josette et moi, on vient vous écouter tous les lundis et jeudis matin."

Sur le chemin du travail, Guylain lit aux passagers du RER de 6h27 quelques pages rescapées de livres voués à la destruction. Ce curieux passe-temps va l'amener à faire la connaissance de personnages hauts en couleur qui cherchent, eux aussi, à réinventer leur vie.

Mon avis :
C'est ici un très (trop ?) court livre, de 200 pages à peine, qui fait un bien incroyable.
Guylain Vignolles travaille à l'usine. Une usine de recyclage de papier. Il s’occupe de la Chose, la grosse machine qui mange le papier, les rats, les jambes de ceux qui ne font pas attention.
Guylain est du genre solitaire. Une mère qu'il a régulièrement au téléphone à qui il prétend bosser dans l’édition, deux amis, un poisson rouge.
Tous les matins dans le rer il lit une ou deux feuilles, à voix haute mais surtout pour lui même. Il n'y a aucune continuité dans le récit, il lit ce qu'il trouve au fur et à mesure. Ça amuse les autres usagers mais en même temps, ça leur plait, ça leur fait du bien.

Le resumé du bouquin, je vous le dis de suite, est tout de meme un peu trompeur. Notre liseur lit finalement tres peu, on n'a pas enormement de passages dans le rer, ni de gens qui l'abordent pour lui en parler. On assiste surtout à sa vie professionnelle ou personnelle en fait.
J'ai trouvé ça un peu dommage. Mais finalement cette histoire se lit très facilement et met le sourire aux lèvres.