23 mai 2017

La règle de l'or (Juana Salabert)

Résumé :
Tout commence en 2012 à Madrid avec le cadavre d'un bijoutier égorgé, un message épinglé sur la poitrine. Il vendait et achetait de l'or aux familles victimes de la crise, il était aussi usurier. Mais c'est le troisième cadavre de la série. Le jeune inspecteur Alarde, perspicace et réfléchi, est chargé de l'enquête, et il tente de recomposer le puzzle.
Les suspects sont nombreux et les mécanismes complexes de la cupidité prennent des formes variées : évasion des fortunes vers les paradis fiscaux, vol d'héritages, fausse croisade contre les usuriers.

Mon avis :
La crise touche le monde entier. Les espagnol.e.s triment pour survivre.
Un des moyens de se faire un peu d'argent, c'est de revendre nos objets en or chez un bijoutier-prêteur sur gages.
Seulement voilà, les bijoutiers aussi galèrent. Certains ont vite fait d'arnaquer de pauvres gens pour s'enrichir. 
Et fatalement, ça ne plaît pas. Trois bijoutiers sont ainsi retrouvés morts en plein Madrid.
Un tueur en série à l'âme d'un Zorro vengeur de pauvres ? C'est la seule piste, alors l'inspecteur Alarde l'exploite à fond.
Il faut trouver un lien entre ces trois victimes. Un même client, n'importe quoi.
Alors on piétine, on avance doucement. Et peu à peu, certains petits secrets se dévoilent, des liens sont mis à jour. Jusqu'à ce qu'on découvre toute la vite. Qui est le coupable, pourquoi et comment ?

J'ai beaucoup apprécié ce roman. Un peu court selon moi, mais la culture espagnole est quelque chose de fabuleux.
L'inspecteur Alarde est très attachant, c'est un personnage très humain.
L'écriture est agréable aussi, ça coule tout seul, le roman se lit très rapidement. Surtout parce qu'on crève d'envie de savoir qui est derrière tout ça.
Et je dois dire que j'ai adoré toute cette magouille, c'est drôlement bien trouvé, bien ficelé et bien mené.

Je suis juste un peu déçue par le manque d'action. On s'attarde aussi un peu trop sur les interrogatoires des témoins ou proches, pas assez sur le reste de l'enquête.
Mais j'ai tout de même passé un bon moment avec Alarde et pas mal d'autres personnages (même la personne coupable). Merci beaucoup à Babelio-Masse Critique ainsi qu'aux éditions Metailié

20 mai 2017

La théorie du chaos (Leonard Rosen)

Résumé :
Arriere-petit-fils de Jules Henri Poincaré, dont les travaux sont à l'origine de la théorie du chaos, Henri Poincaré, commissaire à Interpol, est bien moins concerné par les équations que par le crime. Et pourtant... lorsque James Fenster, un mathématicien, est assassiné à Amsterdam dans des circonstances très mystérieuses -au moment de prendre la parole à une conférence sur le commerce mondialisé, le commissaire va commencer à s'intéresser de près à ses théories. Si l'enquête laisse apparaître un lien possible avec un étrange attentat kamikaze à Milan et la mort violente d'une jeune femme à Barcelone, Poincaré, seul contre tous, est persuadé que la solution réside dans les travaux de Fenster. Le chaos qui s'installe autour de lui et les multiples pistes que ses collègues s'apprêtent à suivre ne lui laissent que très peu de temps pour reconstituer un puzzle en effet très mathématique, aux enjeux et aux conséquences inattendus.

Mon avis :
Je n'ai absolument rien pigé à ce bouquin. Les maths, ça n'a jamais été mon fort (je t'ai dit que j'avais fait 2 ans d'études scientifiques ?), j'y comprends rien et je galère déjà à aider mon fils qui est en 6eme. Alors autant te dire que le travail de James Fester m'est passé mais complètement et largement au dessus de la tête.
Et pourtant ! C'était sacrement intéressant. J'ai quand même appris quelques trucs (qui sont finalement évidents, quand on y pense), je prêterais un peu plus d'attention à tout ce qui m'entoure, l'infiniment grand comme l'infiniment petit.

Poincaré doit enquêter sur la mort de Fenster, la disparition de plusieurs personnes qui semblent mêlées à cet attentat, et protéger sa famille d'un fou furieux qu'il a foutu en prison. Challenge.
Sans parler du fait que le 15 août approche et avec, la fin du monde. Les terroristes ici portent des toges blanches et agissent au nom du Christ.

Poincaré est un impulsif, il a 30 ans de carrière à interpol et il fait facilement ce qu'il veut, dès qu'il sent que ça mènera quelque part. C'est un bon flic, mais pourtant on comprend en même temps que lui, que plus il découvre de choses, plus il est perdu. Il découvre des infos assez dingues, cherche les traces de personnes disparues depuis des années. Tout ça pour sauver sa famille et arrêter un tueur.

L'enquête policière est captivante parce que très instructive. Les rebondissements s'enchaînent et m'ont tenue en haleine.
J'ai l'impression d'avoir lu ce livre rapidement, mais j'y ai qd même passé une semaine, bien qu'il ne fasse même pas 500 pages. J'ai plusieurs fois eu envie de l'abandonner parce que je n'arriver pas à avancer, à me plonger réellement dedans. Et finalement, une fois la première moitié passée, le reste coule tout seul.
On s'attache à Poincaré, aux proches de Fenster. On compte le temps jusqu'à la fin du monde avec ces personnages.
J'ai passé un excellent moment avec ce roman, mais moins que ce que j'aurais cru. Ça reste tout de même une très bonne lecture que je conseille à quiconque aime les sciences et les thrillers. (Ou juste les thrillers. Ou juste les sciences)

15 mai 2017

7 ans du blog - CONCOURS



YOUHOU !!
Hé oui, ce tout petit blog fête ce mois ci ses 7 ans.
Il ne croule pas sous les commentaires, abonnés ou partenariats, mais c'est mon petit blog et j'en suis très fière.

Je voulais profiter du double événement Anniversaire-abonnés IG pour organiser un petit concours.
Et puis finalement je me suis dit qu'en faire deux, c'est aussi une bonne idée.
Il y a donc un concours sur IG, et un ici. Vous pouvez bien évidemment participer aux deux puisque les gains sont différents, à la seule condition d’être abonné.e à mon IG.

Pour participer à ce concours, vous devez deviner quel livre se cache sous les indices (parfois pourris, désolée :p ), en m'envoyant votre réponse par mail à ifolire@gmail.com
En plus des 3 indices, je vous en donne un plus général :
Ces trois livres font partie de mes coups de coeur
(vous pouvez trouver la liste avec le bouton "coups de coeur", là, à droite ;) ) (comment je vous mache tout le boulot putain)

Éventuellement, validez votre participation en commentant cet article.
Vous pouvez tentez de gagner un livre, ou deux, ou trois.
Les participations seront cloturés le vendredi 26 mai et les resultats annoncés le dimanche 28.


13 mai 2017

La jeune fille à la perle (Tracy Chevalier)

Résumé :
La jeune et ravissante Griet est engagée comme servante dans la maison du peintre Vermeer. Nous sommes à Delft, au dix-septième siècle, l'âge d'or de la peinture hollandaise. Griet s'occupe du ménage et des six enfants de Vermeer en s'efforçant d'amadouer l'épouse, la belle-mère et la gouvernante, chacune très jalouse de ses prérogatives.
Au fil du temps, la douceur, la sensibilité et la vivacité de la jeune fille émeuvent le maître qui l'introduit dans son univers. A mesure que s'affirme leur intimité, le scandale se propage dans la ville...

Mon avis :
J'ai longtemps été attirée par ce roman, sans jamais oser l'acheter. Les histoires qui se déroulent loin dans le passé me rebutent pas mal. Mais le résumé était tellement tentant.
C'est donc avec joie que je me suis plongée dans ce petit livre qui se lit bien plus facilement que je ne l'aurais imaginé.
L'écriture et le langage sont très typiques du XVIIeme siècle, et pourtant la lecture est hyper fluide.

Ce roman raconte l'histoire fictive derrière le célèbre tableau de Vermeer.
Griet est envoyée dans la famille du peintre pour en être la nouvelle servante, préposée au linge, la cuisine, les courses au marché les enfants.
La femme du peintre, Catharina, est méfiante depuis sa rencontre avec la jeune fille. Griet doit faire des efforts hallucinants pour être acceptée dans le clan Vermeer, aussi bien par la famille que par la gouvernante.

Elle s'adapte finalement assez vite à sa nouvelle vie, même si sa famille lui manque. Fort heureusement, elle est autorisée à rentrer auprès de ses parents chaque dimanche.
Et puis, le boucher du marché commence à avoir clairement des vues sur elle.
Mais Griet, elle, se sent bizarrement attirée par son maître. Sans le connaître véritablement pourtant.
Petit à petit, la servante est autorisée à s'occuper de plus en plus de l'atelier de Vermeer. Elle finit par y prendre ses aises, même.

J'ai vraiment adoré ce roman. La vie de l'époque, la maladie, la pauvreté et les sacrifices pour subvenir aux besoins de la famille, l'art, la peinture de Vermeer, l'histoire imaginée de certains tableaux célèbres (vous ne regarderez plus jamais La laitière de la même façon)
J'avoue que la première partie, l'arrivée de Griet chez les Vermeer, ne m'a pas franchement passionnée. Plus de 100 pages sur le ménage, son organisation, le linge etc, c'était loin d'être palpitant.
Mais l'histoire est captivante, j'avais hâte de savoir ce qui allait arriver, quand et comment.
J'ai aimé le lien entre le peintre et la servante, même si après lecture du résumé je m'attendais à plus.
De même pour le scandale qui éclate. Je pensais lire un truc énorme, mais finalement le scandale reste entre les murs de la maison Vermeer. Mieux vaut ne pas ébruiter la honte.
J'ai aimé le caractère de Griet, qui tente de se faire respecter et de ne pas trop se laisser marcher sur les pieds tout en restant à sa place de bonne à tout faire.
Même si c'est une fiction, j'ai adoré ce livre que j'ai trouvé très intéressant. On imagine Vermeer avec ses petits rituels pour peindre, la création des couleurs pour la peinture.
J'ai très envie de découvrir le film, ainsi que les autres romans de Tracy Chevalier.