4 juillet 2012

Une jeunesse au temps de la Shoah (Simone Veil)


Résumé :
L’idée d’extraire de ma biographie les quelques passages qui peuvent être regardés comme d’utile pédagogie vis-à-vis de la jeunesse d’aujourd’hui m’a paru séduisante. Simone Veil.

Cette édition pédagogique regroupe les quatre premiers chapitres d’Une vie et couvre la période 1927-1954.
Ce que Simone Veil a vécu durant ces années – où elle passa d’une enfance protégée à l’horreur des camps de concentration, puis retourna à la « vie normale » – sans pouvoir partager son expérience avec ceux qui ne l’avaient pas connue, s’inscrit dans le nécessaire devoir de mémoire des jeunes générations. Source de réflexions, son sobre récit est également une leçon de courage et d’espoir.

Mon avis :
La Shoah, la guerre, tout ça, il existe énormément de livres témoignages, mais celui là a une saveur particulière pour moi. 
Vous n'avez aucune idée d'à quel point j'aime, j'admire MÂdÂme Simone Veil.
C'est une femme extraordinaire.
J'ai toujours admiré sa carrière politique, ses engagements, sa force de caractère, son courage.
Elle est extraordinaire et je l'aime fort, vraiment.

J'avais très envie de lire Une vie, et finalement quand j'ai trouvé ces extraits, j'ai foncé.
L’expérience de Simone Veil était une énigme pour moi et je suis absolument ravie d'en avoir appris un peu plus sur elle, sur sa jeunesse.
Comme tous les autres déportés, évidemment, ça a été une épreuve terrible pour elle et sa famille.
Son père et son frère sont morts, on ne sait ni quand, ni où, ni comment. Sa sœur Milou (ha ha) et elle même, ont voulu sauver son frère et finalement, il sera le seul des trois à mourir.
Pendant tout ce temps, Simone Veil, sa sœur et leur mère sont restées ensemble, soudées quoi qu'il arrive, pour être plus fortes.

Toutes trois ont survécu à la Shoah et ont tenté de reprendre le cours de leur vie.
Simone Veil a finalement obtenu son bac et a suivi des études de droit. Dans une classe de mâles. "Quoi, une fille, et une juive en plus ???"

Oui parce que finalement, malgré la fin d'Hitler, de la guerre, et la libération des juifs et de la France, il a toujours régné dans l'air comme un brin d'antisémitisme, et encore plus fort après la guerre, ce qui est assez fou, limite incompréhensible.

Et puis, Simone Jacob a rencontré Antoine Veil, en vacances à Grenoble après s’être croisés vaguement pendant leurs études.
La magnifique suite, on la connait.

Bravo MÂdÂme Veil.
Bravo pour votre force, votre parcours, votre vie.
Je vous aime fort <3

Traçant aujourd'hui ces lignes, je ne peux m’empêcher de penser avec tristesse que mon père et ma mère n'auront jamais connu la maturité de leurs enfants, la naissance de leurs petits-enfants, la douceur d'un cercle familial élargi. Face à ce que furent nos vies, ils n'auront pu mesurer la valeur de l'héritage qu'ils nous ont transmis, un héritage pourtant rare, exceptionnel.



 

2 commentaires:

  1. C'est un personnage que j'admire beaucoup et moi aussi j'avais été très tentée de lire une vie mais je n'en ai jamais eu l'occasion... a y remédier un de ces jours !

    RépondreSupprimer
  2. c'est une femme que j'admir autant comme politicienne qu'en tant que femme et qu'ete humaine c'est une femme d'une grande force morale son livre est tres parlant et a su me faire reagir est m a choque du fait qu'un homme peut etrainer beaucoup de gens dans sa folie jusqu'a commettre des geniocides un trs bon livre qui ce situe entre tristtesse acharnement et choque que je conseille a tous il saura vous remuer et vous faire reflechir

    RépondreSupprimer

Si tu mets un commentaire, je t'offre un carambar.