1 mai 2016

Nos adorables belles-filles (Aurélie Valognes)

Résumé :
Pour une comédie familiale irrésistible, il vous faut :
Un père, despotique et égocentrique, Jacques.
Une mère, en rébellion après 40 ans de mariage, Martine.
Leurs fils, éternel adolescent mais bientôt papa de trois enfants. Nicolas, chef cuisinier le jour et castrateur tout le temps. Alexandre, rêveur mou du genou.

Et surtout... trois belles-filles délicieusement insupportables !
Stéphanie, mère poule angoissée. Laura, végétarienne angoissante. Jeanne, nouvelle pièce rapportée, féministe et déboussolée, dont l'arrivée va déstabiliser l’équilibre de la tribu.

Mettez tout le monde dans une grande maison en Bretagne.
Ajoutez-y Antoinette, une grand-mère d'une sagesse (bien à elle) à faire pâlir le dalaï-lama, et un chien qui s'invite dans la famille et dont personne ne veut.

Mélangez, laissez mijoter... et savourez !

Mon avis :
Après lecture du résumé, j'ai été totalement ravie d'avoir le privilège de lire ce roman.
Déjà, parce que j'adore les embrouilles de famille.
Et puis je suis végé et féministe (oui je cumule), alors je me suis bêtement dit que j'allais adorer cette histoire. Je voyais déjà les gros clichés tournés en ridicule et je m'imaginais passer un moment délicieux avec cette lecture.
Et puis finalement... oui en fait, j'avoue, j'ai passé un moment délicieux. Quoi qu'on fasse, il y a toujours des tensions, plus ou moins violentes, entre des beaux-parents et des beaux-enfants.
Après, ça s'apaise ou non avec le temps, quand on veut faire des efforts, etc.
Et là j'avoue, que le Jacques est quand même sacrement gratiné. Pour une fois, le problème n'est même pas la belle-mère, qui fait tout pour ne pas se brouiller avec ses belles-filles.
Jacques lui, trouve toujours un truc à critiquer, il y a toujours un truc qui ne va pas. Alors imagine une belle-fille chiante qui ne mange pas de viande, une supportrice de l'OM alors que lui c'est plutot Rennes, et la mere de bambins qui ne jure que par la sécurité qui trouve toujours un truc à redire sur l'etat de la maison.
Le seul reproche que j'aurais à faire, c'est que finalement, le féminisme et le végétarisme passent presque à la trappe, et c'est bien dommage, ça reste pourtant des sujets intéressants.

Alors certes on ne se marre pas comme des fous à chaque page, mais finalement l'histoire est tellement authentique. N'importe qui peut s'y retrouver. C'est une histoire universelle, qui nous fait passer un très bon moment de détente.
Ce roman se lit très vite et se referme avec un grand sourire, parce que finalement, nos beaux-parents chiants, on les aime.

Merci infiniment Babelio pour m'avoir permis de découvrir Aurélie Valognes, j'ai hâte de lire Mémé dans les orties.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si tu mets un commentaire, je t'offre un carambar.